Ivoxe

 

Les deux types de prestations liées au traitement de l’image



Quelles sont les activités liées au traitement de l'image?
SAS vous éclaire sur les 2 types de prestations liées  notre activité :

Annexe Extraite du Référentiel de certification APSAD de service - Télésurveillance - I31ANNEXE 7 CERTIFICATION APSAD DE SERVICE TELESURVEILLANCE
RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION - 
TRAITEMENT DES IMAGES À DISTANCE


On distingue 2 types de prestations liées au traitement de l’image :

‐ La levée de doute vidéo (LDV) 

‐ La télévidéosurveillance.

1/ Levée de Doute Vidéo :

C’est une fonctionnalité qui vient en complément de la prestation de télésurveillance, et de la Levée de Doute Audio (LDA) si elle existe.L’exploitation des images ou d’une mini séquence vidéo est conditionnée par une informationdistincte d’alarme. Elle doit être effectuée conformément à la réglementation en vigueur.L’entreprise devra désigner clairement les personnes habilitées à extraire les images ou fichiers vidéo stockés, notamment lors de réquisitions des forces de l’ordre.Toutes les actions effectuées sur les images ou vidéo enregistrées, doivent faire l’objet d’unetraçabilité, qui sera conservée dans des conditions similaires à l’historique télésurveillance envigueur (§ 7.6.1de la règle APSAD R31) du site, au-delà de la période de stockage définie dans la procédure d’accès aux images ou vidéos, sur la base de traitements qui seront clairement définis dans un contrat ou annexe traitant de la prestation de télévidéosurveillance.

Limite de la LDV :
‐ La qualité des images ne permet pas forcément l’identification des personnes, mais l’objectif final est de vérifier la matérialité de l’alarme, de détecter la normalité ou non de la situation, ou de qualifier l’origine du déclenchement (présence humaine ou non).
- Par ailleurs, le stockage et notamment sa durée, doit être réalisé conformément à la réglementation en vigueur.

 

2/ Télévidéosurveillance :

C’est une prestation à part entière et indépendante ou complémentaire de celle de latélésurveillance.Elle peut être conditionnée par une procédure sur initiative de l’opérateur ou faire suite à uneopération de levée de doute pour pousser des investigations sur une situation, une scène plus en détail :‐ complémentaire à la LDV (mesures conservatoires), notamment pour la clientèleprofessionnelle ;‐ analyse contextuelle.

Ces prestations peuvent prendre la forme de vidéosurveillance 24H/24 et 7J/7 ou sur un créneau donné, de rondes vidéo, soit à intervalles précis, soit un nombre de rondes aléatoires sur un créneau horaire défini.La prestation de télévidéosurveillance doit être clairement définie par le télésurveilleur (ouprestataire) dans un document d’initialisation à la prise en compte du site. Elle fera l’objet d’un contrat spécifique, dit contrat de télévidéosurveillance. Celui-ci devra préciser clairement les modalités et les limites de la prestation en précisant les moyens techniques mis en oeuvre sur le site pour exécuter la mission.Le choix des connexions et leurs limites techniques doivent être clairement mentionnés dans ledit contrat.Pré-requis :L’installation devra être en conformité avec les lois et décrets en vigueur, notamment la vidéosurveillance pour les établissements ouverts au public.

Ces prestations devront être mises en oeuvre à partir d’enceintes fortes sécurisées répondant aux exigences de la Règle APSAD R31.Le prestataire devra mettre en oeuvre une architecture interne lui permettant d’assurer lesprestations, en toute situation (autonomie, réseau, etc.), et de prévoir une continuité de service, suite à l’isolement ou sinistre de la station de télévidéosurveillance.Les moyens de transmissions mis à disposition par le client, doivent être en adéquation avec la mission de télévidéosurveillance.La détection et la signalisation d’une défaillance de la liaison de transmission doit apparaître à la station de télévidéosurveillance en moins de 24 heures.Par ailleurs, il est préconisé (dans le cadre du devoir de conseil) la transmission a minima, parl’installation :‐ des défauts de caméra (masquage, dépointage, déconnexion, etc.) ;‐ des défauts système majeurs du stockeur (alimentation, disque, saturation, etc.).Raccordements :Le client devra fournir au prestataire, en préalable au raccordement, tous les moyens techniques et toutes les pièces administratives, telles que déclarations, autorisations, etc., liées à son installation de télévidéosurveillance, ainsi que les paramètres de fonctionnement pour remplir la mission (caméras, n° de la ligne, adresse de connexion, identifiant de connexion, mot de passe éventuel, etc.).
Pour des installations supérieures à 8 caméras, il est souhaitable de fournir un plan des locaux (si possible informatisé) avec le positionnement de toutes les caméras.Le prestataire fournira au client un PV de réception avec la copie d’une image de référence dechaque caméra ainsi que le rôle des caméras (définition des images reçues) :- identifier ;- reconnaître ;- surveiller.L’attention du client doit être attirée sur la différence de qualité des images après transmission par rapport à la même image en local (information du client et/ou limite de responsabilité duprestataire).
Il est rappelé que la fluidité des images visualisées par le prestataire ainsi que la qualité de celles-ci, dépendent des supports de transmission utilisés, d’une part, et de l’algorithme de compression mis en oeuvre sur les produits installés, d’autre part.Dans le cas de prestations de nuit, ou pendant la période de fermeture des locaux vidéo-surveillés, le client devra permettre au prestataire d’avoir les niveaux d’éclairement suffisants pour remplir sa mission, tels que définis dans la Règle APSAD R82 ou selon la réglementation en vigueur.

Exploitation – Stockage :L’exploitation des images doit être effectuée conformément à la réglementation en vigueur. Le prestataire devra désigner clairement les personnes habilitées à extraire les images ou fichiers vidéo stockés, notamment lors de réquisitions des forces de l’ordre.Le stockage et notamment sa durée, doit être réalisé conformément à la réglementation en vigueur.Traçabilité :Toutes les connexions et/ou actions effectuées dans le cadre de la prestation, doivent faire l’objet d’un historique, qui sera conservé au-delà de la durée de stockage des images ou vidéo, sur la base de durée de conservation des historiques de télésurveillance en vigueur (§ 7.6.1).Modification de l’installation :Le prestataire doit être immédiatement informé par le client, de toute modification de l’installation de télévidéosurveillance.Toute modification de l’installation ayant des incidences sur les conditions de réalisation de laprestation confiée, doit faire l’objet d’un accord écrit entre les parties.Remarques :1/ La propriété, la diffusion et l’exploitation des images sont définies contractuellement entre le client et le prestataire.2/ Il est important de faire la différence entre les images stockées par le prestataire suite à uneconnexion dite « live » qui doit être liée à une main courante ou rapport d’état (moyens de preuve du travail réalisé par le prestataire et des images réellement visionnées par l’opérateur), et les images éventuellement rapatriées à partir d’un stockeur placé sur le site du client.